Denim A Casablanca

Chaque année au mois de juin/juillet, nous partons au Maroc chez notre fournisseur de Denims pour choisir les délavages, les matières, les détails de finitions pour la saison à venir. Nous en profitons également pour poser nos quantités et négocier nos prix. C’est parti pour l’opération « Denim à Casablanca ! »

Dans le domaine du Jean, nous ne réinventons pas l’eau chaude chaque année… Nos formes restent les mêmes de saison en saison mais pour offrir de la nouveauté nous jouons sur les délavages et les qualités que nous réadaptons. Cette offre de base est ensuite complétée par des modèles plus « modes » comme des Flairs (pates d’éléphant), des boyfriends, des modèles avec broderies etc…

Je boucle donc nos achats de la première partie de la saison été 18 par un petit voyage express ( 24H) accompagnée de ma Chef de produit en charge des Denims.

Jour J, départ pour Casablanca 7h05 , lever 4h30 … sympa !

Je donne rendez-vous à ma Chef de produit à 6h45 à l’aéroport pour un vol à 7h c’est un peu juste me direz-vous. Heureusement qu’elle me connait et a traduit 5h45 …

Après 3 heures de vol, nous voilà à la douane avec tous les pèlerins de retour de la Mecque dont certains avec des sortes de gourdes couleur or ( trop stylées…).

Résultat : 1 heure d’attente . Quand c’est mon tour, je serre les fesses j’ai mis un nom d’hôtel au hasard sur le papier des douanes car je n’avais ni la résa ni le nom du lieu ou nous allions dormir… un coup de tampon plus tard nous sortons enfin de l’aéroport , direction le bureau show room de notre fournisseur.

Un petit thé à la menthe et quelques pâtisseries nous voilà requinqué pour attaquer notre journée. Il est déjà 11H30.

IMG_2484
mamanbossdanslamode

Notre fournisseur a bien fait les choses, pour gagner du temps il a préparé des nouvelles qualités, censées être moins chères, qu’il avait déjà fait monter sur nos modèles. Il a également préparé des demis jambes avec différentes propositions de délavage, ainsi que des teintes blanchies.

Il existe différents process de lavage qui ont une incidence directe sur le prix d’achat et qui donne le ton ou plutôt la teinte… amateurs de chimie lourde, vous allez adorer !

Vous avez les bruts, ces toiles épaisses et rêches aux bleus ou noirs très foncées. Ces toiles sont lavées 1 seule fois avec des produits chimiques et un fixateur pour maintenir l’indigo sans oublier de l’assouplissant, elles sont ensuite séchées.

Vous avez ensuite tous les coloris bleus foncés plus communément appelés chez nous les denims, les jeans, une fois l’étape décrite plus haut réalisée et les pièces séchées, sont relavés avec des pierres plus des produits enzimes. Après chaque lavage les produits sont systématiquement séchés. Pour obtenir des tonalités plus claires que nous appelons stone, on rajoute une étape, un lavage avec du chlore, plus on met de chlore plus le bleu devient clair pour arriver au fameux « Bleach ».

Enfin pour avoir cet aspect vieilli et blanchi quelles que soit les teintes, les produits passent par une autre étape, un lavage avec de la soude caustique, de l’oxygène et du permanganate.

Par conséquent plus votre jean est clair, avec un aspect vieilli, maltraité comme si vous le portez depuis des années, plus il coûte cher à réaliser.

Une fois tous ces éléments en main nous commençons à construire notre offre en équilibrant les différents lavages afin d’avoir une marge de manœuvre pour nos négos de prix qui s’annoncent très serrées. « La qualité ça se paye » : phrase culte chez nos fournisseurs.

Nous finalisons, donnons nos quantités et nos dates de livraisons et commençons le bras de fer : la négociation des prix d’achats. Nous sommes parées de nos plus beaux et gros tableaux ( suivi des ventes et plan de collections ). Ca impressionne ! Nous attendons avec impatience les prix des nouvelles matières, soi-disant moins chères.

Coup de théâtre. Les prix annoncés sont « iso » ceux de la dernière saison… J’ai failli perdre ma chef de produit. Elle scrute ses tableaux et ne comprend pas ( moi non plus d’ailleurs). S’engage alors une discussion sur l’intérêt de changer pour des matières moins chères…  si les prix  finaux restent identiques… Les cerveaux fument, il reprend sa calculette ( outil incontournable des fournisseurs), compte et recompte, marmonne, fait sa grise mine des grands jours, appelle son usine discute avec son associé et finit… par nous faire une offre plus intéressante. Quel acteur ! il aurait du faire du théâtre .

Après moult discussions, nous changeons un zip par ci, acceptons de supprimer un détail par là (compromis) nous arrivons à tomber d’accord sur les prix et validons les programmes de la saison.

Nous nous occupons ensuite de lancer de nouveaux modèles pour la partie plein été et nous profitons d’être sur place pour commencer à regarder et chercher des idées pour l’hiver 18 que nous allons attaquer dès septembre.

21h ; nous avons fini et il est temps de fêter cela. Notre fournisseur nous emmène manger Libanais moi qui rêvait d’un tajine. Nous voilà donc parti le long de la corniche à déguster des mezzes et à profiter de la vue du restaurent Umayya, l’endroit branché du moment.

Il est tard, au dodo demain lever aux aurores pour le retour.

Goodbye Casa see you soon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s