MONASTIR RIEN A DIRE

Cette semaine, voyage éclair en Tunisie, pour rencontrer notre principal fournisseur de pantalons. Au programme : visite de la production en cours de notre modèle phare. Ce sera également l’occasion de placer nos dernières commandes de la saison et d’essayer de grappiller quelques jours sur les dates de livraison.

Lever 5h , ai-je déjà précisé que dans la mode le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt …

Départ 7h25, arrivée à Monastir à 9h25. On nous récupère à l’aéroport et direction les bureaux de notre hôte. Sur la route des rangées d’oliviers, il y en a partout… J’apprends que la Tunisie est le premier exportateur au monde d’huile d’Olive ( et de dattes aussi…).

IMG_1036
DR mamanbossdanslamode

Bon ceci étant dit nous arrivons rapidement à notre destination.

Le temps d’un café , un Nespresso « parce que je le vaux bien » …hum…  de poser nos affaires et nous partons directement à l’usine où notre fameux pantalon est produit.

C’est notre modèle pour le thème fêtes, c’est une forme jean avec un tissu pailleté, apparemment, selon notre fournisseur, c’est un tissu assez rigide et difficile à travailler. Nous avons demandé de faire une ceinture montée comme sur les pantalons ville c’est à dire qu’il n’y a pas de surpiqures à la ceinture comme sur les jeans, cela donne un aspect plus clean au modèle.

Nous faisons le tour de l’atelier et le directeur de production nous montre et nous explique chaque partie de la chaine de montage en cours.

Nous nous arrêtons un moment devant l’opération des poches passepoilées au dos du pantalon. Une poche passepoilée est une poche dont l’ouverture est une fente pratiquée dans le vêtement et prolongée (ou non) par un sac de poche. Elle est bordée par une ou deux ganses de 0,5 à 2 cm de large. Cette opération habituellement simple, est rendu plus complexe par la nature du tissu.

Une ouvrière se sert d’un gabarit et pointe l’emplacement des poches. Ensuite sur l’envers du tissu et grâce à une machine lazer, l’ouvrière fixe la poche à l’endroit ou les marquages on été fait puis elle la cout. Cette machine est censée fendre la poche en même temps afin de créer l’ouverture du passe poil. Le tissu n’étant pas adapté à ce genre d’opération, il a fallu rajouter une étape supplémentaire dans la production consistant à couper à la main chaque ouverture en respectant les coins. Deux personnes ont été réquisitionnées pour cette opération ce qui ralentit la chaine de production.

jambe
mamanbossdanslamode

Nous continuons notre visite et allons vers un 2eme point sensible, les marquages ( appelés crantages ) de chaque coté des jambes. Ces marquages sont des points de repères pour la couturière, cela l’aide à positionner les 2 pans de tissus et de les coudre de manière très symétriques. Cette opération est très importante, elle est nécessaire pour empêcher la vrillage de la jambe du pantalon, sensation très désagréable au porter.

Nous passons ensuite au montage de la fourche, sachez que lorsque c’est un pantalon masculin, la fourche se cout du centre de l’entrejambe vers le haut , en revanche lorsqu’il s’agit d’un pantalon femme, nous fermons notre pantalon du coté droit sur gauche. Du coup on cout les fourches du haut vers le bas. C’est une opération plus délicate. Sachez que sur quasi tous les jeans et les pantalons formes jeans les fourches sont montées coté masculin. Je m’attends au même montage pour notre modèle, logique, et bien non… c’est un montage féminin sur un tissu super rigide donc très difficile à travailler pour l’ouvrière… Je jette un coup d’œil à ma Chef de Produit et je la vois devenir cramoisie… Bref on continue…

Tout en bouclant notre petit tour nous lorgnons sur les autres productions en cours, des denims Trussardi, et Calvin Klein.

Nous ne verrons pas l’unité de lavage comme c’est dans une autre usine et décidons de retourner au siège de notre fournisseur.

Un rapide Dej, nous bossons toute l’après midi sur les dernières commandes à placer et discutons des délais de livraison. Pas facile nous sommes dépendants des tisseurs qui eux ne font pas beaucoup d’efforts pour accélérer la cadence.

19H30 : notre journée arrive à sa fin, on nous emmène à notre hôtel à Sousse, à 30 minutes de Monastir, diner rapide dans un resto branché de Sousse. Dodo très tôt.

Dans l’avion du retour nous avons rendu hommage à Bashung en fredonnant  » Hier à Sousse…. »

 

Une réflexion sur “MONASTIR RIEN A DIRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s